Open Access

Etude in situ de la réinstallation d'un peuplement sciaphile de mode battu après sa destruction expérimentale, en Méditerranée

  • C. -F. Boudouresque1
Helgoländer wissenschaftliche Meeresuntersuchungen24:BF01609512

https://doi.org/10.1007/BF01609512

Resume

1. La destruction expérimentale d'un peuplement rapporté à la biocoenose de la roche sciaphile en mode battu (RSB), dans la région de Marseille, et l'étude des phases de sa réinstallation (fraction algale), selon la méthode phytosociologique deBraun-Blanquet (1964), a apporté les résultats suivants.

2. Quatre mois après sa dénudation, la roche est déjà couverte par l'algue encroûtanteDermatolithon hapalidioides; ultérieurement (6 mois), de nombreuses algues dressées s'installent surDermatolithon hapalidioides, principalementPseudochlorodesmis furcellata, Petroglossum nicaeense etMyriogramme minuta. Au bout d'un an, toute la place disponible est occupée parPetroglossum nicaeense, Plocamium vulgare etValonia utricularis, tandis queDermatolithon hapalidioides régresse an sous-strate. Ensuite,Petroglossum nicaeense etPlocamium vulgare deviennent codominantes.

3. Chacune de ces phases correspond à l'un des éléments structuraux du peuplement de référence. D'où l'hypothèse: le peuplement étudié évolue naturellement vers une phase àPetroglossum nicaeense etPlocamium vulgare assez vulnérable à l'hydrodynamisme; des touffes d'algues seraient arrachées par les vagues; l'assemblage en mosaïque d'éléments, au niveau de peuplement initial, serait donc dû à la présence simultanée, à quelques cm de distance, de stades de régénération d'âge variable.

4. La réinstallation du peuplement après sa destruction est excessivement rapide, et ceci pour un très grand nombre de paramètres envisagés.

Advertisement